Mes signets

Mes événements

  • Start
    Location
    End
    Language
Actualité

Un inventeur accomplit de nouvelles percées en technologie de diagnostic médical

Long de neuf mètres et en contact étroit avec de nombreux organes vitaux, le tube digestif humain est fondamental pour la santé de l'ensemble du corps humain. Les experts médicaux estiment qu'une détection précoce des maladies intestinales telles que les tumeurs, la maladie de Crohn et le syndrome « saignement gastro-intestinal obscur » peut sensiblement accroître les chances de survie des patients - jusqu'à 96 % pour certains cancers gastro-intestinaux. Pendant des siècles, toutefois, l'intestin grêle est resté hors de portée des procédures de diagnostic classiques et pouvait être seulement examiné via une intervention chirurgicale.

L'inventeur israélien Gavriel Iddan a transformé la gastroentérologie grâce à son invention : une caméra ingérable de la taille d'une gélule, première forme de diagnostic non chirurgical de l'intestin grêle. Pour ses travaux en diagnostic médical, il a été nominé dans la catégorie Pays non européens du Prix de l'inventeur européen 2011. Ce prix sera décerné le 19 mai à l'occasion d'une cérémonie à Budapest.

L'inventeur israélien est salué pour son invention de la PillCam, outil offrant aux professionnels de la santé accès à une partie mal connue de l'intestin grêle. Son type d'endoscopie sans fil par capsule offre une solution de remplacement aux procédures plus invasives ou moins supportables pour les patients en vue de la détection de maladies gastro-intestinales.

Cartographier l'intestin grêle

L'endoscopie - du grec « regarder à l'intérieur » ­- a accompli des pas de géants depuis que l'inventeur italien Philip Bozzini a inventé un appareil rigide tubulaire appelé « Lichtleiter » (outil de guidage lumineux) en 1805. D'autres travaux novateurs ont notamment porté sur l'endoscope flexible de Kelling en 1898, l'endoscopie vidéo de Soulas en 1956 et l'endoscopie à fibre optique de Hirschowitz en 1957.

Toutefois, en dépit de ces progrès accomplis du point de vue de la qualité de l'image, les endoscopes ont continué de se heurter à de graves limites : ils ont été capables seulement de diagnostiquer soit la partie haute de 1,2 mètre du tractus intestinal via l'insertion d'un gastroscope dans la bouche du patient et la partie basse de 1,8 mètre du gros intestin via une coloscopie. Entre les deux, près de six mètres de territoire mal connu sont restés hors de la portée des outils endoscopiques - région appelée l'intestin grêle, ainsi nommée car la taille du diamètre empêche l'avancée des outils endoscopiques. Dans cette zone, même les rayons X et les ultra-sons ne permettent pas de livrer d'images utiles, ce qui nécessite de recourir à une intervention chirurgicale exploratoire potentiellement risquée comme seule méthode de diagnostic gastro-intestinal.

C'est alors qu'en 1981, un ami de l'ingénieur en balistique Gavriel Iddan a commencé à éprouver des douleurs inexplicables dans la région de son intestin grêle. Ayant travaillé sur les systèmes de guidage optique acheminant des projectiles vers leurs cibles, Iddan s'est posé une question apparemment grotesque : Et si tu pouvais piloter un « engin » équipé d'une caméra le long du tractus gastro-intestinal pour enregistrer des images de l'intestin grêle ?

L'idée d'Iddan paraissait alors tenir davantage de la science fiction que de la science réelle. Toutefois, après une vingtaine d'années, la technologie a rattrapé la vision d'Iddan. Les principales raisons en ont été notamment les améliorations apportées aux micro-caméras, aux diodes électroluminescentes (LED) (pour éclairer l'intestin) et aux transmetteurs de données d'image vers l'extérieur, à la petitesse alors jamais atteinte.

En 1998, Iddan a été en mesure d'installer la caméra, les diodes électroluminescentes, les piles ainsi qu'un transmetteur logé dans une petite capsule de la taille d'une gélule. Enduit d'un plastic résistant à l'acide, elle pouvait résister à l'ensemble du parcours le long du tube digestif, se déplaçant naturellement via l'activité péristaltique des muscles intestinaux. Le gros avantage : d'un bout à l'autre de la procédure de diagnostic de 8,5 heures, les patients peuvent poursuivre leurs activités quotidiennes, méthode qui ainsi ne nécessite ni préparation de l'intestin ni sédation.

Une nouvelle méthode de diagnostic entre sur le marché

Pour commercialiser la technologie, Gavriel Iddan a cofinancé Given Imaging en Israël et a présenté pour la première fois un prototype de son invention à l'occasion du 11e Congrès mondial sur la gastroentérologie organisé à Vienne en 1998. Depuis lors, « l'endoscopie sans fil par capsule » est devenue la norme mondiale en matière de diagnostic de l'intestin grêle.

La technologie, commercialisée sous le nom « PillCam » à partir de 2001, a également abouti à un gros succès financier pour Given Imaging. L'utilisation à des fins de diagnostic aux Etats-Unis a été approuvée par le Gouvernement américain en 2001 avec 4,73 millions de dollars de ventes nettes la même année, selon les chiffres communiqués par Given Imaging.

En 2010, Given Imaging a vendu 221 300 capsules PillCam et a annoncé 157,8 millions de dollars de recettes. Depuis sa sortie officielle en 2001, la PillCam a été utilisée près de 1,5 million fois par plus de 5000 services médicaux dans plus de 75 pays. 

Partager l’information ...