Mes signets

Mes événements

  • Start
    Location
    End
    Language
Prix de l'inventeur européen

Arminas Ragauskas (Lituanie)

Finaliste du Prix de l'inventeur européen 2016

RagauskasTopVisual

Vidéo:

Catégorie : Petites et moyennes entreprises (PME)

Secteur : Diagnostic médical

Société : UAB Vittamed

Brevets : EP1018942, EP2111787

Invention : Détermination ultrasonique non invasive de la pression intracrânienne

Les deux appareils pour mesurer la pression intracrânienne et le flux sanguin inventés par le lituanien Arminas Ragauskas permettent de diagnostiquer rapidement et en toute sûreté pour le patient traumatismes crâniens, accidents cérébrovasculaires, glaucomes et tumeurs du cerveau. La médecine est désormais mieux armée pour soigner les lésions intracérébrales qui font tant de victimes à travers le monde.

RagauskasSideVisualRéagir au quart de tour à une lésion crânienne est une question de vie ou de mort lorsque la tension à l'intérieur du crâne atteint des niveaux périlleux en raison d'un traumatisme ou d'une tumeur. Commercialisés en 2015, les deux appareils développés par Arminas Ragauskas et ses collègues en Lituanie font gagner un temps précieux aux neurologues et aux cliniciens dans la détection et l'évaluation de l'hypertension intracrânienne, épargnant le recours jusque-là inévitable à des procédures invasives longues, coûteuses et non dépourvues de danger.

Arminas Ragauskas et ses collègues Gediminas Daubaris et Algis Dziugys du Centre de télématique médicale de l'Université Technologique de Kaunas (Lituanie) ont exploité l'effet Doppler pour mesurer avec exactitude la tension intracrânienne à l'aide d'un algorithme à la fois ingénieux et simple. Leurs appareils calculent rapidement l'écart entre la pression interne et externe de la boîte crânienne au moyen d'un capteur placé sur l’œil du patient.

Impact sociétal

Les traumatismes crâniocérébraux (TCC) et les tumeurs du système nerveux central comptent parmi les principales causes de décès dans le monde. Les TCC sont responsables de 30% des morts par accidents aux États-Unis et 138 personnes perdent la vie chaque jour des suites d'un TCC, si l'on en croit les statistiques du Centre américain de suivi et de prévention des maladies. D'après Center-TBI, L'Europe enregistre chaque année quelque 2,5 millions de cas, dont environ 75 000 ont une issue mortelle.

L'invention des chercheurs lituaniens aide à détecter les signes d'hypertension crânienne de façon fiable et immédiate, condition essentielle pour soigner les TCC et les tumeurs cérébrales. Elle représente un progrès notoire par rapport aux méthodes chirurgicales invasives qui nécessitaient l'anesthésie du patient. Contrairement à bien d'autres outils de diagnostic neurologique, les nouveaux dispositifs ne doivent pas être calibrés en fonction de chaque patient et fournissent aux neurochirurgiens, aux neurologues et aux oculistes un moyen rapide, précis et surtout non invasif pour diagnostiquer le glaucome ainsi que tout une série de troubles neurologiques.

Impact économique

Commercialisés par la jeune entreprise Vittamed, le tensiomètre intracrânien non invasif Vittamed 205 et le moniteur d'autorégulation cérébrovasculaire non invasif Vittamed 505 ont reçu l'agrément technique européen CE en 2014. Basée à Kaunas, en Lituanie, et à Lexington, aux États-Unis, Vittamed lance actuellement ses produits en Europe, en Australie  et aux États-Unis. La société vient d'obtenir un financement en capital-risque de 8,7 millions d'euros (10 millions de dollars) de Xeraya Capital Labuan Ltd.

Ces appareils solides et performants suscitent un intérêt grandissant sur le marché mondial du monitorage cérébral, qui inclut les outils de diagnostic pour les traumatismes crâniocérébraux, les accidents cérébrovasculaires et les tumeurs du cerveau. D'après le bureau d'études MarketsandMarkets, le marché mondial représentait 6,6 milliards d'euros (7,5 milliards de dollars) en 2015 et devrait connaître un taux de croissance annuel de 7% pour atteindre 10,1 milliards d'euros (11,5 milliards de dollars) d'ici 2020.

  • RagauskasGallery1

    Arminas Ragauskas avec un détecteur d'ondes cérébrales

  • RagauskasGallery2

    Arminas Ragauskas

  • RagauskasGallery3

    Arminas Ragauskas maniant un appareil à ultrasons

  • RagauskasGallery4

    Dispositif pour mesurer la pression intracrânienne et le flux sanguin

  • RagauskasGallery5

    Résultats de l'observation de la pression intracrânienne d'un patient

  • RagauskasGallery6

    Capteur ultrasonique de la pression intracrânienne


Mode de fonctionnement

Sans risque et sans douleur pour le patient, l'appareil mesure la tension intracrânienne via un capteur placé sur l'œil, en exerçant sur ce dernier - de façon analogue aux brassards gonflables  des tensiomètres servant à mesurer la pression artérielle - une faible pression proportionnée à celle de l'artère ophtalmique située juste derrière l'œil et menant au cerveau.

La méthode arrive au résultat final en comparant la pression externe appliquée sur l'œil à la pression autogène intracrânienne laquelle, chez un adulte en bonne santé, se situe généralement entre 0 et 10 mmHg (environ 10% de la pression générée par le cœur humain pour faire circuler le sang dans l'organisme). Une pression supérieure à 20 mmHg est considérée comme anormale. Une pression dépassant 40 mmHg est presque toujours associée à des dysfonctionnements neurologiques (troubles de la conscience, problèmes respiratoires) tandis que des pressions au-dessus de 60 mmHg sont le plus souvent mortelles.

Inventeur

Intéressé très tôt dans sa carrière par la métrologie, Arminas Ragauskas fonda en 1993 le laboratoire de sciences télématiques à l'Université Technologique de Kaunas, dans le but de poursuivre ses recherches. Pour mettre sur marché les nouveaux outils de diagnostic, il cofonda en 2013 l'entreprise innovante Vittamed, où il est toujours responsable de recherche et développement.

Tout au long d'une carrière s'étendant sur plus d'un demi-siècle, Ragauskas a signé plus de 91 articles dans des revues scientifiques réputées, et plus de 90 brevets ou demandes de brevets. Il dirige actuellement le centre de télématique médicale de l'Université Technologique de Kaunas et fait office de coordinateur national du projet CENTER-TBI du 7e programme-cadre de l'Union européenne, avec un budget de 30 millions d'euros et 216 collaborateurs disséminés à travers l'UE.

Pour ses recherches en télématique médicale, Ragauskas remporta le prix de l'inventeur lituanien de l'année en 1981 et en 1983. Il s'est vu accorder plus de 40 subventions de R&D nationales et internationales, notamment par la Commission européenne, le ministère américain de la défense, le département de l'armée de terre des États-Unis et la NASA.

 

Le saviez-vous ?

Les appareils de mesure inventés par Raguaskas intéressent de plus en plus de monde. L'institut spatial américain de recherche biomédicale les utilise actuellement dans le cadre d'une étude des effets des vols spatiaux sur la physiologie du cerveau qui se déroule dans les installations du Centre allemand d'aéronautique et d'astronautique à Cologne.

Tous les regards sont pour l'instant tournés vers les astronautes Scott et Mark Kelly, seuls jumeaux sur lesquels ont jamais été testés les effets physiologiques des vols spatiaux de longue durée. Une chose est d'ores et déjà certaine : les périodes prolongées dans des conditions de pesanteur nulle sont loin d'être anodines. Le cœur tend à gagner en sphéricité et à perdre de la masse musculaire, ce qui peut rendre le retour sur Terre problématique.

Partager l’information ...