Mes signets

Mes événements

  • Start
    Location
    End
    Language
Prix de l'inventeur européen

Alim-Louis Benabid (France)

Lauréat du Prix de l’inventeur européen 2016

Laureat Alim-Louis Benabid (top visual)

Vidéo:

Catégorie : Recherche

Secteur : Neurochirurgie

Société : Commissariat Energie Atomique

Brevets : EP1682218, EP2139389, EP1961444,
EP2184083
, EP1932561

Invention : Traitement de la maladie de Parkinson

La stimulation cérébrale profonde (SCP), mise au point par le neurochirurgien-physicien français Alim-Louis Benabid pour le traitement de la maladie de Parkinson et d'autres états neurologiques, a permis à de nombreux patients de reprendre une vie normale épanouissante sans avoir recours à des interventions chirurgicales radicales.

Alim-Louis Benabid (side visual)La SCP passe par une électrode implantée dans la boîte crânienne et stimulée par un dispositif similaire au pacemaker pour les complications cardiovasculaires. Elle a considérablement modifié le traitement de la maladie de Parkinson chez les personnes diagnostiquées ainsi que la manière dont ils envisagent la qualité de leur vie. Auparavant, les patients souffrant de tremblements importants liés à la maladie de Parkinson subissaient des interventions chirurgicales radicales pour créer ce qu'on appelle des « lésions », qui consistent à retirer des segments entiers du cerveau, une pratique qui date des années 1940. Les traitements oraux dopaminergiques sont une alternative plus douce aux lésions mais susceptible d'aggraver les symptômes.

Première alternative mondiale aux lésions et aux médicaments, la SCP à haute fréquence a été découverte par hasard. En 1987, à l'occasion d'une intervention neurochirurgicale sur un patient atteint par la maladie de Parkinson, Alim-Louis Benabid a inséré une électrode à une fréquence de 50 Hz dans le thalamus. Lorsqu'il a passé la fréquence à 100 Hz, les tremblements du patient (complication musculaire associée au stade avancé de la maladie de Parkinson) ont complètement diminué. Grâce à cette découverte, la SCP est devenue une norme clinique de traitement des stades avancés de la maladie de Parkinson et des états relatifs à l'épilepsie, du tremblement essentiel ou encore de la dystonie.

La SCP à d'autres fréquences avait d'abord été envisagée comme méthode de traitement de la maladie de Parkinson dans les années 1960 mais les résultats obtenus furent peu significatifs et les recherches abandonnées. Alim-Louis Benabid est revenu vers cette approche après avoir trouvé la fourchette exacte de fréquences permettant de réduire les symptômes de tremblement. Il a alors créé la technologie nécessaire pour rendre le traitement possible.

Bénéfices pour la société

La Parkinson's Disease Foundation estime entre 7 et 10 millions le nombre de personnes actuellement atteintes par la maladie de Parkinson dans le monde. Dès lors qu'elle arrive à un stade avancé, elle empêche souvent les patients de mener une vie fonctionnelle. Les effets de la SCP peuvent changer la vie des patients et permettre à ceux qui étaient immobilisés de retrouver une vie fonctionnelle et autonome. Après avoir obtenu le marquage CE pour le traitement de la maladie de Parkinson en Europe en 1998 et l'approbation de la FDA américaine en 2002, la SCP a été administrée sur plus de 150 000 patients et elle est devenue un traitement normal partout dans le monde.

Le coût initial de l'intervention produit des bénéfices considérables. Tandis que la National Parkinson Foundation estime le coût de la chirurgie SCP entre 31 700 euros (35 000 dollars) et 45 300 euros (50 000 dollars) et entre 63 500 et 90 700 euros (70 000 - 100 000 dollars) celui des procédures bilatérales, selon la Movement Disorder Society, le rapport coût-utilité de la stimulation cérébrale profonde est de 6 700 euros par année de vie pondérée par la qualité.

Avantages économiques

Alim-Louis Benabid a cofondé une startup, Clinatec, qui vise à mettre sur le marché les inventions relatives à la SCP, notamment un dispositif de fixation transcrânien breveté en 2010. L'invention de départ a été commercialisée dans le cadre d'un partenariat entre Clinatec et Medtronic, une entreprise irlandaise de technologie médicale qui compte 85 000 employés avec un chiffre d'affaires de 25,5 milliards d'euros  en 2014.

La technologie fait partie du marché mondial des thérapies de stimulation neurologique, qui est en plein essor. Selon une étude récente, le marché mondial de la neuromodulation - qui comprend la stimulation cérébrale profonde ainsi que des technologies comme la stimulation de la moelle épinière et la stimulation magnétique transcrânienne - est estimée à 3,31 milliards d'euros (3,65 milliards de dollars) en 2015 (MarketsandMarkets). Selon les prévisions, ce marché doit augmenter à un taux de croissance annuel composé de 11,2% pour atteindre 5,62 milliards d'euros (6,20 milliards de dollars) en 2020.

  • Alim-Louis Benabid (gallery 1)

    Alim-Louis Benabid avec une électrode et une batterie implantable

  • Alim-Louis Benabid (gallery 2)

    Alim-Louis Benabid étudie les tremblements des mains d'un patient atteint de la maladie de Parkinson

  • Alim-Louis Benabid (gallery 3)

    Alim-Louis Benabid étudie les tremblements des mains d'un patient atteint de la maladie de Parkinson

  • Alim-Louis Benabid (gallery 4)

    Alim-Louis Benabid avec une électrode et une batterie implantable

  • Alim-Louis Benabid (gallery 5)

    Gros plan d'une électrode à haute fréquence et d'une batterie

  • Alim-Louis Benabid (gallery 6)

    Alim-Louis Benabid examinant des scans du cerveau


Comment ça marche ?

La SCP s'appuie sur une procédure chirurgicale pendant laquelle le médecin opère une petite ouverture dans le crâne lui permettant d'insérer une électrode dans le cerveau du patient. Reliée à un fil conducteur, l'électrode est implantée en permanence, comme un pacemaker, et peut être utilisée pour délivrer un courant électrique avec une intensité contrôlée de 130 Hz vers des régions ciblées du thalamus et autour d'elles.

Après la découverte du principe fondamental qui régit la SCP à haute fréquence, Alim-Louis Benabid a encore amélioré l'état de l'art en créant de nouvelles électrodes, ainsi qu'un dispositif de fixation transcrânien permettant de sécuriser la pénétration guidée de l'électrode dans le cerveau à l'aide d'un manchon équipé de tiges de guidage qui sont insérées dans l'ouverture du crâne.

L'inventeur

Alim-Louis Benabid est l'homme idéal pour les inventions dans le domaine de la neurologie car il combine deux spécialités, la physique et la neurochirurgie. Après son diplôme de médecine à l'université Joseph Fourier à Grenoble en 1970, il réussit un doctorat de physique en 1978. Son point de vue unique a permis d'ouvrir la voie à d'innombrables améliorations des dispositifs thérapeutiques de SCP, comme la conception des électrodes et des appareils de fixation.

Pendant sa carrière médicale, qui a duré plus de 45 ans, Alim-Louis Benabid a été neurochirurgien à  l'université Joseph Fourier (à partir de 1972), professeur de médecine expérimentale (à partir de 1978) et professeur de biophysique de 1983 à 2007. Il a également dirigé l'unité 318 de l'INSERM (Institut national de la santé et de la recherche médicale) consacrée aux Neurosciences précliniques, de 1988 à 2006.

Il est l'auteur de 12 brevets et de 523 articles scientifiques publiés (indice h de 67). Il a pris sa retraite en 2007, après de longues années de service à la tête du département de neurochirurgie de l'hôpital universitaire de Grenoble. Également peintre amateur passionné, il est désormais professeur émérite de biophysique et président de la startup Clinatec.

Pour toutes les contributions à l'avancée des technologies relatives aux neurosciences, Alim-Louis Benabid a reçu 23 médailles et prix, notamment le prix Robert Pritzker de la Michael J. Fox Foundation (2013), le prix DeBakey de la recherche médicale clinique (2014), le Movement Disorders Research Award de l'American Academy of Neurology (2008), et le Breakthrough Prize in Life Sciences (2015). Il a été nommé chevalier de l'ordre des Palmes académiques et a reçu la Légion d'honneur.

Le saviez-vous ?

On a pour habitude de dire que c'est la nécessité qui est mère des inventions, pourtant de nombreuses découvertes révolutionnaires doivent leur existence à des observations fortuites. Alim-Louis Benabid s'est rendu compte par hasard de l'efficacité de la stimulation cérébrale profonde à 100 Hz et il s'est servi des résultats pour penser une nouvelle approche de traitement.

La SCP entre ainsi dans la liste des découvertes accidentelles qui compte la pénicilline d'Alexander Fleming (1928), les rayons X de Wilhelm Conrad Röntgen (1895) et le frottis cervical de George Nicholas Papanicolaou (1923).

Partager l’information ...