Mes signets

Mes événements

  • Start
    Location
    End
    Language
Prix de l'inventeur européen

Les prouesses de la turbine Gorlov 

Si l'humanité était déjà en mesure sur le plan technique d'exploiter tous les potentiels disponibles sur notre planète et de les transformer en électricité, elle connaîtrait une surabondance d'énergie électrique. Théoriquement, les forces résultant de l'attraction entre la lune et les océans suffiraient à elles seules pour couvrir plusieurs fois l'ensemble des besoins annuels de toute la planète.

Depuis sa participation, en tant que conseiller soviétique, à la construction du barrage d'Assouan dans les années 1960, M. Gorlov est fasciné par la force hydraulique. Cette fascination ne l'a pas quitté même lorsqu'il a émigré aux États-Unis en 1975. Après avoir fait de la recherche, l'ingénieur a développé une turbine hélicoïdale à laquelle il a donné son nom. En 1995, il a obtenu un brevet pour cette turbine qui pourrait bientôt contribuer à exploiter une bonne partie de l'énergie des marées. Grâce à sa conception (technique), cette turbine peut être utilisée non seulement dans des usines marémotrices mais aussi dans des fleuves et pour l'exploitation de l'énergie éolienne. Autant de raisons qui expliquent que son inventeur et parrain soit à présent nominé pour le Prix de l'inventeur européen 2011 qui sera décerné le 19 mai à Budapest.

Grand rendement énergétique

La turbine Gorlov, perfectionnement du rotor Darrieus de 1931, exploite jusqu'à 35 % de l'énergie hydraulique fluviale, et ce dès une vitesse d'écoulement de 1,5 mètre par seconde et une profondeur d'eau d'un mètre. À titre de comparaison, les modèles les plus performants sont parvenus jusqu'à présent à un rendement énergétique légèrement supérieur à 20 %. La turbine hélicoïdale de Gorlov est indépendante des barrages et peut être immergée simplement aux endroits adéquats.

Le secret de sa grande efficacité est dû essentiellement à deux facteurs : d'une part, M. Gorlov positionne l'axe de la turbine perpendiculairement au courant et imprime aux pâles du rotor un mouvement hélicoïdal. D'autre part, le profil des pâles est semblable à celui des ailes d'un avion de ligne moderne, si bien que le rotor tourne toujours dans le même sens. Combinées, ces deux propriétés font en sorte que le vent et l'eau trouvent à tout moment un point d'attaque optimal et que la turbine tourne environ deux fois plus vite que le courant dans le milieu environnant.

Partager l’information ...